Faut-il s’adresser aux individus ou aux institutions ? – Les questions fondamentales pour la défense efficace des animaux

Explication : Devons-nous nous concentrer, dans nos messages et nos interventions, sur le changement des individus ou le changement des institutions et des normes sociales? En général, changer les personnes signifie changer les habitudes des consommateurs – même si cela peut aussi inclure la création de militant·e·s – et changer les institutions signifie changer les entreprises, les gouvernements ou d’autres groupes d’individus. Les décisions spécifiques impactées sont par exemple s’il vaut mieux dire considération comprennent: « go végane » ou « mettons fin à l’exploitation animale » (messages) et s’il vaut mieux faire des dons pour les distributions de tracts ou pour les campagnes envers les entreprises (interventions).

Vote des experts : Individuel 2,3/10, Institutionnel 7,7/10

Arguments pour le focus sur les individus

  1. Habituellement, la demande exprimée dans un message est plus claire lorsqu’elle cible l’individu, par ex. « go végane ». [38]
    1. Un taux accru de changement de comportement à court terme peut mener à plus long terme à un changement de comportement et d’attitude, via le changement de la personnalité même [39].
    2. L’accent mis sur le changement de comportement à court terme, qui est relativement facile à mesurer et à constater, signifie également que les activistes peuvent itérer avec des boucles de rétroaction plus courtes. [40] [41]
  2. Des campagnes de santé public à destination des indivudus ayant pour but de changer de changer leur comportement peuvent avoir des effets significatifs, qu’il s’agisse par exemple de distribuer des prospectus ou de discuter en face à face. Cependant, la quantification de l’efficacité montre des résultats plutôt faibles avec une forte incertitude malgré des décennies de recherche. [41.1]
  3. Les interventions institutionnelles pourraient être plus difficile à mettre en place, en raison du nombre actuel de personnes qui défendent les animaux, ou en raison de la fenêtre d’Overton actuelle qui exclut probablement les positions habituelles favorables aux animaux, comme le véganisme et la fin de l’élevage [42].
  4. Les messages à destination des institutions pourraient entraîner une perte de motivation, car l’ampleur du problème pourrait sembler énorme et accablante.
  5. Les changements institutionnels tels que les taxes et les interventions sur les prix peuvent se heurter à une résistance due à la perception d’un préjudice pour les personnes de faible statut socio-économique [42.1].
  6. Certaines personnes, en particulier beaucoup d’altruistes efficaces [43] et d’autres personnes particulièrement ambitieuses, pourraient être biaisées en faveur de changements institutionnels. Ces personnes semblent davantage axées sur des probabilités plus faibles de répercussions plus importantes plutôt que sur des probabilités plus importantes de répercussions plus faibles. [44]

Arguments pour le focus sur les institutions

  1. Il semble que peu de mouvements sociaux (voire aucun) aient réussi en mettant fortement l’accent sur le changement individuel. L’écologisme semble être le meilleur candidat pour comparaison, et les écologistes semblent penser que la «consommation écologiquement responsable» a été relativement inefficace. [45] Le plaidoyer auprès des consommateurs dans le cadre du mouvement anti-esclavagiste britannique a eu un succès limité, atteignant seulement 4 à 6% de la population avec le boycott du sucre antillais. Le « free produce movement » du mouvement anti-esclavagiste américain a également eu un succès limité et a été abandonnée au profit d’approches politiques. [46]
  2. Les exemples réussis de boycott de consommateurs dans d’autres mouvements sociaux (anti-avortement, anti-esclavage et anti-OGM) avaient un objectif institutionnel clair[46.1][46.2][46.3].
  3. Dans les sondages et les comportements de vote, les gens semblent beaucoup plus favorables aux changements institutionnels qu’ils ne sont disposés à mettre en œuvre un changement individuel. Par exemple, des majorités consistentes ont voté en faveur des réformes pour le “bien-être” des animaux d’élevage [47], et un sondage de 2017 a suggéré que 49%, 47% et 33% des adultes américains déclarent soutenir l’interdiction de l’élevage industriel, des abattoirs et de l’exploitation animale, respectivement [48].
  4. Le mouvement anti-OGM européen a acquis ses plus grandes réussites dans le contexte institutionnel, plutôt par de petites campagnes ciblées qu’en tentant de convaincre les consommateurs d’abandonner la nourriture OGM. [48.5]
  5. Le plaidoyer anti-avortement ne semble pas avoir réussi à changer substantiellement l’opinion publique, bien que les tactiques d’éducation et de persuasion aient pu être efficaces pour générer un soutien temporaire à des initiatives politiques spécifiques. [48.6]
  6. La recherche en santé public sur les comportements suggère que les mesures incitatives, les changements de prix, l’interdiction de comportements nocifs et d’autres formes de législation semblent avoir une efficacité plus importante que la plupart des campagnes de sensibilisation à destination des individus ou de petits groupes. [48.7] Certaines de ces mesures institutionnelles peuvent également réduire les disparités de comportement entre les personnes de statut socioéconomique faible et élevé, ce qui peut favoriser le succès à long terme du mouvement animaliste. [48.8]
  7. Les messages institutionnels pourraient réduire l’opposition réactionnaire en détournant la responsabilité du destinataire du message vers les institutions concernées, facilitant l’indignation morale du public [49]. Blâmer le public de nos messages peut davantage induire un «effet boomerang». [50] [51]
  8. Le message institutionnel limite la démotivation des personnes face à l’absence d’une solution claire et à grande échelle. Cela évite que le destinataire du message se sente comme une goutte d’eau dans un océan, surtout face à la nature hautement communautaire de la consommation de produits animaux [52].
  9. Le message institutionnel crée de manière inhérente plus de pression sociale. Il fait en sorte que d’autres personnes apportent des changements. Les facteurs sociaux engendrés semblent très impactant sur la prise de décision individuelle, dans différents contextes. [53]
  10. Les changements institutionnels dans la société créent des sujets de société, des outils rhétoriques et des connaissances communes qui peuvent susciter encore d’autres discussions et changer les mentalités.
  11. Le focus sur le changement individuel peut exacerber les réactions de type «C’est mon choix personnel». Un focus institutionnel pourrait mettre davantage l’accent sur les victimes de l’élevage, menant à plus de motivation pour les défenseurs et les consommateurs. Le focus institutionnel peut mieux promouvoir les intérêts des animaux, surtout face à des intérêts humains triviaux comme la satisfaction gustative.
    1. L’importance de cet argument dépend de la façon dont vous évaluez les impacts à long terme par rapport aux impacts à court terme. Si vous vous souciez davantage de l’impact à court terme, alors la direction des progrès futurs importe moins.
  12. Certaines personnes peuvent être biaisées en faveur de l’orientation individuelle en raison de son association à un impact direct à court terme, c’est-à-dire à une satisfaction immédiate [54].
  13. Il semble qu’une majorité significative de chercheuses et chercheurs pour la défense efficace des animaux soit d’accord sur le fait qu’une approche institutionnelle est plus efficace [55].
[38] « Le changement individuel est quelque chose que vous pouvez faire immédiatement de façon évidente, alors que le changement institutionnel est plus vague et à long terme. La clarté du focus sur l’individuel pourrait rendre le destinataire plus susceptible d’agir suite à l’appel à l’action, peut-être parce que les personnes qui entendent un message institutionnel peuvent être d’accord avec le message mais ne pas réaliser pleinement qu’elles peuvent aider par changer leur alimentation.» – Jacy Reese, The Animal-Free Food Movement Should Move Towards An Institutional Message
[39] « Avoir plus de gens faisant le premier pas du changement de régime pourrait mener à des retombées substantielles. Par exemple, il existe des preuves empiriques montrant que consommer des produits animaux conduit les gens à penser que les animaux ont des capacités mentales moins sophistiquées. Ceci est probablement dû à la dissonance cognitive produite si on pense que les animaux ont une vie mentale riche tout en continuant à les manger. Le changement d’attitude permis par la réduction de cette dissonance pourrait mener à une plus de participation militante et à un changement de régime alimentaire sur le long terme.» – Jacy Reese, The Animal-Free Food Movement Should Move Towards An Institutional Message
[40] « Un autre retombée est qu’un changement à court terme, ou au moins des chaînes d’incidences qui impliquent des résultats mesurables à court terme (par exemple, se soucier davantage des animaux ce mois-ci, si cela entraîne un activisme accru un an plus tard),  on de courtes boucles de rétroaction. » – Jacy Reese, The Animal-Free Food Movement Should Move Towards An Institutional Message
[41] Un relecteur a suggéré que c’est une raison pour laquelle la communication individuelle demeure une approche dominante dans la plupart des recherches sur la promotion de la santé.

[41.1] Jamie Harris, Lessons for Consumer Behavior Interventions from the Health Behavior Interventions Literature (Forthcoming)

[42] « Enfin, étant donné la petite taille du mouvement des aliments sans animaux, les changements institutionnels pourraient être si inaccessibles que peut-être la meilleure chose que nous pouvons faire maintenant est de promouvoir le changement individuel, en augmentant le nombre de végétaliens et végétariens pour pouvoir créer un changement institutionnel plus tard, quand nous aurons plus de soutien public.» — Jacy Reese, The Animal-Free Food Movement Should Move Towards An Institutional Message

[42.1] “[T]there was fairly consistent evidence that taxes, subsidies, interventions affecting price, and interventions providing free resources had greater effects on those of low SES. This finding suggests that the farmed animal movement should prioritize more highly interventions that reduce the price of animal free foods and increase the price of animal products. However, it seems plausible that some of these interventions would be perceived negatively. In some cases, taxes and price interventions may be more effective among those of low SES because they render undesirable products less affordable for those with lower amounts disposable income. In this sense, even though they reduce inequalities, they may be perceived as being harmful to disadvantaged individuals, by curtailing their freedom to choose more than is the case for wealthier individuals.” – Jamie Harris, Lessons for Consumer Behavior Interventions from the Health Behavior Interventions Literature (Forthcoming)

[43] Un relecteur a suggéré que le biais moyen au sein de l’altruisme efficace pourrait être dans l’autre direction.
[44] « Cependant, il y a aussi un biais potentiel en faveur du changement institutionnel, où les gens ambitieux comme moi pourraient être trop excités par la perspective excitante d’impact à très grande échelle. » – Jacy Reese, The Animal-Free Food Movement Should Move Towards An Institutional Message
[45] « Une conclusion évidente est que le mouvement végane a un intérêt presque sans précédent sur le changement individuel et le consommateur… Certains activistes du mouvement environnemental ressentent la même chose envers la « consommation écologiquement responsable », la stratégie du mouvement environnemental étant axée sur le consommateur. » – Jacy Reese, The Animal-Free Food Movement Should Move Towards An Institutional Message
[46] « Le boycott du sucre qui a culminé en 1792 semble avoir été un moyen efficient pour les femmes de contribuer au mouvement anti-esclavagiste, à la fois en raison de son coût économique potentiel pour l’industrie de l’esclavage et pour son effet sur la construction sociale du mouvement parmis les britanniques. Il semble toutefois que les dommages économiques au commerce du sucre de l’Inde occidentale n’aient pas été maintenus et que le boycott à son apogée n’ait atteint qu’environ 4-6% de la population et réduit les ventes de sucre de ⅓ à ½. Les participantes au boycott n’y ont probablement pas consacré un temps qu’elles auraient pu réserver à l’action politique, n’étant elles-mêmes pas autorisées à participer à la vie politique. Le boycott était alors peut-être l’une des meilleures actions que les femmes de l’époque aient pu mener. La nature de cette campagne apparemment réussie et centrée sur la consommation semble être assez différente de la tactique anti-élevage se concentrant sur le changement individuel des consommateurs. Le boycott du sucre n’a pas pris la place d’autre sorte d’activisme politique; il était bref et spécifique à l’exportation du produit phare des Antilles, le sucre, plutôt qu’à tous les produits fabriqués par des esclaves; il était perçu comme un outil parmis d’autre dans la palette des militants, et non comme l’objectif central du mouvement; et il a été capable de causer des dommages économiques significatifs à l’industrie cible, coupant jusqu’à la moitié des ventes de sucre à un moment donné parce que c’était un bien de luxe consommé essentiellement par les riches. Une meilleure comparaison au ciblage de la consommation par les anti-élevage serait le mouvement américain des «free produce» (ou produits libres) et le boycott des produits fabriqués par des esclaves par certains quakers et quelques rares autres individus. Bien que l’échec du boycott par les quakers puisse avoir plus à voir avec leur influence limitée dans la société qu’avec la stratégie elle-même, les abolitionnistes américains ont estimé que les efforts pour convaincre les consommateurs de s’abstenir d’acheter les produits de l’industrie ciblée étaient relativement inefficaces, et ce après deux décennies de succès limité. » – Kelly Witwicki, Social Movement Lessons From the British Antislavery Movement, section “Consumer Action

[46.1] “The cessation of research into abortifacient drugs by the Upjohn Company was presumably partly due to the boycott led by the NRLC… The anti-abortion movement has also used boycott tactics in other contexts. The NRLC threatened a similar boycott on other companies around the proposed sale of the RU-486 abortifacient drug (also called Mifepristone)… These boycotts seem somewhat different to boycotts of animal products in the farmed animal movement in that they targeted entire companies in order to pressure them not to research and sell new products of especial concern to the anti-abortion movement. By comparison, vegetarianism is a boycott of an entire product category (animal products) across all companies, but where those involved do not usually boycott other products by those companies.” – Jamie Harris, Social Movement Lessons From the US Anti-Abortion Movement

[46.2] “The sugar boycott didn’t displace much if any political activism; it was brief; it was specific to the top West Indian export, sugar, rather than to all Slave-made goods; it was seen as a tool in advocates’ diverse toolbelt, not as the central goal of the movement; and it was able to do significant economic damage to the target industry, cutting off up to ½ of sugar sales at one point because it was a luxury good with concentrated consumption among the wealthy.” – Kelly Witwicki, Social Movement Lessons From the British Antislavery Movement

[46.3] “Activist pressure on food retailers led to a somewhat abrupt victory [in 1998] when Iceland Foods, a supermarket chain based in the UK, announced it would stop using GM ingredients in its own-brand goods. Iceland’s announcement set off a cascade of similar announcements by other European retailers. The companies renouncing GMOs included ‘virtually every major supermarket chain and food manufacturer on the continent as well as the British Isles’… By 1999, public opinions on GMOs in both the Europe and the United States had soured. Nearly every EU country saw GMO opposition rise from 1996 to 1999, most by double digits. France went from 46% opposed to 65%, Greece from 51% to 81%, Britain from 33% to 51%. For context, this is comparable to the rate at which support for same-sex marriage increased in US General Social Survey data from 2010 to 2014.” – J. Mohorčich, What can the adoption of GM foods teach us about the adoption of other food technologies?, in part quoting Rachel Schurman and William Munro, Fighting for the Future of Food: Activists versus Agribusiness in the Struggle over Biotechnology.

[47] The Humane Society of the United States, Initiative and Referendum History – Animal Protection Issues, consulté le 12 novembre 2017.
[48] ​​ »49% des adultes américains soutiennent une interdiction de l’élevage industriel, 47% soutiennent une interdiction des abattoirs, et 33% soutiennent une interdiction de l’élevage. » – Jacy Reese, Survey of US Attitudes Towards Animal Farming and Animal-Free Food October 2017
[48.5] “Une grande partie de l’action militante menée avec succès contre les aliments génétiquement modifiés a pris la forme de campagnes relativement restreintes axées directement sur les entreprises (en particulier celles occupant des positions vulnérables dans une chaîne d’approvisionnement). Comparativement, l’évolution de l’opinion publique afin de s’en servir comme base de soutien a provoqué moins de changement direct. Les campagnes ciblées, même si elles étaient relativement petites, ont eu plus d’influence que les grands changements d’opinion publique.” – J. Mohorčich, What can the adoption of GM foods teach us about the adoption of other food technologies?

[48.6] “The counterfactual impact of anti-abortion advocacy cannot be clearly measured in national surveys, since a large number of other factors affect these results, including competing messages by abortion rights advocates. Despite very limited change to attitudes on abortion in aggregate national data, there is some reason to consider this as a modest success for the anti-abortion movement. Nevertheless, given the heavy focus of some anti-abortion advocates on education and the large amounts of resources that have presumably been spent on such interventions, any such success seems limited… However, education and persuasion tactics may still be effective at generating temporary support for specific policy initiatives. For example, public speeches and distribution of leaflets may have contributed to Michigan and North Dakota’s rejection of liberalizing abortion law reform in 1972.” – Jamie Harris, Social Movement Lessons From the US Anti-Abortion Movement

[48.7] Jamie Harris, Lessons for Consumer Behavior Interventions from the Health Behavior Interventions Literature (Forthcoming)

[48.8] “There was fairly consistent evidence that taxes, subsidies, interventions affecting price, and interventions providing free resources had greater effects on people with low socioeconomic status (SES). This finding suggests that the farmed animal movement should prioritize more highly interventions that reduce the price of animal free foods and increase the price of animal products in order to avoid widening inequality in levels of animal product consumption between those of lower and higher SES. In contrast, there was evidence that education or information only interventions are less effective amongst people with low SES.” – Jamie Harris, Lessons for Consumer Behavior Interventions from the Health Behavior Interventions Literature (Forthcoming)

[49] « L’indignation morale est aussi décrite comme « une réponse au comportement des autres, jamais le sien. » Il semble naturel que les messages destinés à changer les institutions soit plus susceptibles de déclencher l’émotion parce qu’ils placent la responsabilité sur une institution extérieure ou dont le récepteur du message est seulement une infime partie, généralement l’industrie de l’élevage ou la société dans son ensemble. Pour cette raison, les messages institutionnels pourraient réduire l’attitude défensive que nous rencontrons fréquemment en parlant de véganisme ou de végétalisme.» – Jacy Reese, The Animal-Free Food Movement Should Move Towards An Institutional Message
[50] «Certaines expériences de psychologie très médiatisées ont montré un tel effet boomerang. Les chercheurs ont montré aux participants de faux articles de journaux défendant une position sur des questions politiques délicates comme la présence d’armes de destruction massive en Irak, la recherche sur les cellules souches, et la réforme fiscale …» – Jacy Reese, Confrontation, Consumer Action, and Triggering Events
[51] « Quatre expériences ont soutenu cette prédiction et ont trouvé que l’exposition à des véganes, des végétariens prenant librement la décision d’abandonner la viande, des végétariens à long terme, ou à l’anticipation d’un reproche moral issu de végétariens ont entrainé davantage de stratégies de réduction de dissonance [càd de justification du carnisme] qu’en des situations analogues [sans exposition aux éléments culpabilisants] ». Rothgerber, Efforts to overcome vegetarian-induced dissonance among meat eaters
[52] «Les messages institutionnels aident à éviter« l’effondrement de la compassion » en suggérant que nous pouvons faire avancer la question au-delà de ce que nous réalisons avec notre propre alimentation. Changer seulement notre propre régime peut être démotivant et être vu comme une simple goutte dans la mer, alors que l’action collective semble plus facile et percutante. Si beaucoup de gens étaient végétaliens, alors le consommateur qui souhaite faire sa transition trouverait plus de facilité à rejoindre le train en marche. » – Jacy Reese, The Animal-Free Food Movement Should Move Towards An Institutional Message
[53] « Il y a abondance de preuves psychologiques pour le pouvoir de la pression des pairs, aussi connu comme la pression sociale, qui est souvent utilisée pour persuader quelqu’un d’agir d’une certaine manière ou d’avoir une certaine croyance en lui montrant que beaucoup de ses pairs, ou des figures d’autorités, suivent aussi la même voie. Bien que les messages individuels comme institutionnels puissent incorporer la pression des pairs, je pense que les messages institutionnels l’intègrent mieux puisqu’ils communiquent nécessairement que d’autres personnes produisent le changement et que l’aide aux animaux d’élevage est un effort collectif. » – Jacy Reese, The Animal-Free Food Movement Should Move Towards An Institutional Message
[54] « Je pense qu’il y a de bonnes raisons de penser que nous sommes biaisés en faveur du message individuel en raison du désir psychologique général de gratification instantanée, et nous devrions prendre en compte ce biais en favorisant un peu plus l’approche institutionnelle. De plus, la plupart des défenseurs des animaux utilisent actuellement une approche individuelle, de sorte qu’on pourrait y ajouter un probable biais de statu quo. » – Jacy Reese, The Animal-Free Food Movement Should Move Towards An Institutional Message
[55] Nous définissons approximativement un «accord majoritaire significatif» comme un accord à 80 % parmi les 20 personnes qui, selon nous, ont examiné le plus soigneusement ces questions. Nos affirmations étaient à l’origine basées sur les meilleures estimations, mais en juin 2017, nous avons interrogé 21 de ces personnes, et constaté un accord des 15 personnes ayant répondu pleinement à notre questionnaire. Voir cet article de blog pour plus d’informations.
Traduction depuis https://www.sentienceinstitute.org/foundational-questions-summaries

Sommaire du corpus

Introduction
Vaut-il mieux parler de protection des animaux, d’écologie ou de santé humaine ?
S’intéresser à d’autres luttes ou se concentrer sur la question animale ?
Confrontation ou non-confrontation ?
Faut-il faire varier les éléments de communication ?
Communication polémique Vs. Autres tactiques
Faut-il s’adresser aux individus ou aux institutions ?
Faut-il cibler les influenceurs ou la population en général ?
Doit-on s’affirmer de gauche ou être non partisan ?
Les réformes welfaristes donnent-elles une dynamique ou enlisent-elle le mouvement ?
Approche réductionniste ou véganiste ?
Doit-on viser un changement social ou technologique ?
3 questions « méta » et une liste de questions complémentaires :
[meta] Focus sur les animaux d’élevage OU les animaux sauvages OU l’antispécisme en général 
[meta] Focus sur le long terme ou le court terme 
[meta] Mouvements sociaux OU essais randomisés contrôlés  OU intuition/spéculation/anecdotes OU constats externes
Questions moins explorées

22 commentaires sur “Faut-il s’adresser aux individus ou aux institutions ? – Les questions fondamentales pour la défense efficace des animaux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s