Communication polémique Vs. Autres tactiques – Les questions fondamentales pour la défense efficace des animaux

Explication : À quel point devrions-nous utiliser des coups de pubs, buzz ou des stratagèmes qui suscitent beaucoup d’attention mais aussi beaucoup de rejet auprès de certains spectateurs, antagonisent d’autres mouvements sociaux (images de femmes sexualisées, phrases chocs offensives, costumes ridicules…) ou semblent prendre avec légèreté le sujet de la souffrance animale ?  

Arguments en faveur des communications polémiques

  1. Celles-ci suscitent souvent beaucoup d’attention par rapport à l’effort fourni. Par exemple, un seul communiqué de presse ou panneau d’affichage mène souvent à de nombreux articles de presse et à des milliers d’interactions sur les réseaux sociaux [50].
  2. Certains coups de pub provoquent beaucoup de remises en question, surtout en raison de leur capacité à souligner les incohérences morales et autres problèmes dans les comportements et les croyances des gens. Cela peut conduire à provoquer un déclic et l’abandon d’une opinion défavorable aux animaux, qui ne serait pas advenue sans le coup de pub.
  3. Les coups de pub controversés peuvent favoriser le recrutement de militants en étant particulièrement convaincantes pour les militants potentiels, même si elles sont rebutantes pour le public moyen. [50.1]

Arguments contre les communications polémiques

  1. Les animalistes qui défendent les animaux exploités luttent souvent pour créer du changement parce que le public considère le plaidoyer pour les animaux comme un mouvement de justice sociale moins important, marginal voir idiot, ou comme un mouvement qui entre en conflit avec les objectifs importants du féminisme ou de l’antiracisme. Cette perception semble causée ou exacerbée par les stratagèmes de communication utilisés par les défenseurs des animaux au cours des dernières décennies. [50.2]
  2. L’utilisation fréquente des coups de pub polémiques conduit à un engourdissement de l’auditoire [50.3] et nécessite d’augmenter l’offensivité ou l’absurdité des coups de pub afin de maintenir une attention similaire, ce qui exacerbe les effets secondaires négatifs.
  3. Un petit nombre de recherches expérimentales suggère une absence d’amélioration voire même un effet négatif de la sexualisation. Ces études incluent deux essais randomisés sur des publicités PETA qui utilisaient des images sexualisées ou non-sexualisées de femmes. Ces deux essais ont montré un abaissement de l’intention à soutenir PETA après avoir vu des images sexualisées, avec comme facteur principal la déshumanisation des femmes.

Arguments non tranchés

  1. À l’instar de la confrontation, les coups de pub ont un effet polarisant, variant beaucoup suivant l’acceptation chez chaque membre de l’auditoire. Certains pensent que la polarisation conduit à plus de débat public et de changement social [51], tandis que d’autres pensent que cela conduit à blocage du mouvement dû à la contestation de celui-ci. [51.1]
  2. La défense des animaux semble actuellement bénéficier d’un soutien public limité (par exemple, la plupart des gens consomment encore des produits issus d’élevages intensifs). Comme pour la confrontation, certains pensent que cela rend les effets boule de neige plus efficaces puisque les mouvements sociaux auraient besoin d’attention pour commencer ces changements en cascade [52], tandis que d’autres pensent que cela rend les coups de pub moins efficaces et marginalise et rend impopulaires les militants. [52.1]
[50] Voir par exemple les communiqués de presse de PETA et leurs fréquentes couvertures médiatiques, avec souvent plusieurs médias traitant de leurs événements ou de leurs déclarations publiques.

[50.1] Les nombreuses farces que les activistes [d’Otpor, un groupe serbe qui résiste à la politique du gouvernement serbe] ont faites dans les premiers jours n’ont pas seulement diverti les observateurs et fourni à la presse des séances de photos. Ils offraient également des occasions de recruter. À chacune d’entre elles, les membres d’Otpor interpellaient les passants intéressés par l’action et les invitaient aux formations. » – Mark Engler et Paul Engler, This Is An Uprising : How Nonviolent Revolt Is Shaping the Twenty-first Century,

[50.2] Voir, par exemple :
https://www.theguardian.com/commentisfree/2017/jul/07/breasts-peta-women-strawberries-and-cream-wimbledon-animals
https://www.theguardian.com/commentisfree/2010/oct/28/peta-women-meat
https://jezebel.com/peta-assholes-to-detroit-well-pay-your-water-bills-if-1610490630
https://www.salon.com/2011/02/03/peta_vegetable_sex_ad/

Is Peta ‘penis shaming’ with their latest tweet?

[50.3]Une étude (menée par un groupe de presse conservateur) a révélé que ‘les trois réseaux de diffusion (ABC, CBS, NBC) ont couvert la marche des femmes [2017, unique] 129 fois plus qu’ils ne l’ont fait pour la Marche pour la vie 2016 [qui a lieu chaque année].’ Cela suggère que les marches régulières ne recueillent pas beaucoup de publicité et que, si l’attention des médias est un objectif important, les marches peuvent être plus efficaces si elles sont organisées en réponse à des développements nationaux. » – Jamie Harris, Leçons de mouvement social tirées du mouvement anti-avortement américain.

[51] « La morale de l’histoire? N’ayez pas peur des attaques personnelles. N’ayez pas peur de déclencher une réaction défensive. N’ayez pas peur du débat et de la polarisation. Parce que les leçons de l’histoire et de la psychologie nous apprennent que le chemin de la libération est un chemin construit sur les briques de la controverse. » – Direct Action Everywhere, On Controversy and Campaigns

[51.1] Cependant, il existe des preuves qu’après la polarisation des partis sur les questions d’avortement, l’adoption réussie de la législation est devenue partiellement liée au résultat des élections alors que ce n’était pas le cas auparavant. Bien qu’il ne soit pas facile d’évaluer le contrefactuel, il semble plausible que sans un fort alignement des partis, la cause anti-avortement aurait eu moins de chances d’atteindre l’impasse et la stagnation politiques auxquelles elle semble être confrontée actuellement. » – Jamie Harris, Leçons de mouvement social tirées du mouvement anti-avortement américain.

[52] « Un autre (par Winnifred Louis, un des experts de la psychologie de l’action collective) traite des différents aspects de la planification de l’action collective. Il stipule que les mouvements doivent éviter les étiquettes négatives et que toutes choses égales par ailleurs, les actions les plus plaisantes pour le public sont les meilleures. Cependant, il indique également que «si la question est marginale dans le débat public, alors les tactiques conventionnelles non perturbatrices peuvent ne pas attirer l’attention dont la cause a besoin pour construire une conscience de base à partir de laquelle d’autres actions et méthodes peuvent faire effet boule de neige ». – Zach Groff, A (Potential) Summary of Disagreements and Agreements on Direct Action

[52.1] « La stratégie de Direct Action Everywhere s’apparente partout à une mobilisation immédiate,  constate que leur nombre n’est pas suffisant pour réussir, puis se mobilise à nouveau le lendemain. L’action directe est un outil puissant qui doit être utilisé au moment opportun. Moins une question bénéficie du soutien du public, moins une mobilisation en faveur de l’action directe sera puissante, surtout si elle fait le jeu des stéréotypes militants et ostracise le public. » – Alex Felsinger, L’action directe mène où ?

Traduction depuis https://www.sentienceinstitute.org/foundational-questions-summaries

Sommaire du corpus

Introduction
Vaut-il mieux parler de protection des animaux, d’écologie ou de santé humaine ?
S’intéresser à d’autres luttes ou se concentrer sur la question animale ?
Confrontation ou non-confrontation ?
Faut-il faire varier les éléments de communication ?
Communication polémique Vs. Autres tactiques
Faut-il s’adresser aux individus ou aux institutions ?
Faut-il cibler les influenceurs ou la population en général ?
Doit-on s’affirmer de gauche ou être non partisan ?
Les réformes welfaristes donnent-elles une dynamique ou enlisent-elle le mouvement ?
Approche réductionniste ou véganiste ?
Doit-on viser un changement social ou technologique ?
3 questions « méta » et une liste de questions complémentaires :
[meta] Focus sur les animaux d’élevage OU les animaux sauvages OU l’antispécisme en général 
[meta] Focus sur le long terme ou le court terme 
[meta] Mouvements sociaux OU essais randomisés contrôlés  OU intuition/spéculation/anecdotes OU constats externes
Questions moins explorées

23 commentaires sur “Communication polémique Vs. Autres tactiques – Les questions fondamentales pour la défense efficace des animaux

    1. Je crois que cette vidéo n’était pas polémique de manière volontaire. Il faut aussi se dire que le rejet du végétarisme provoque lui-même des polémiques dès qu’on met en question le carnisme, et sont donc pas/peu évitables dans ce cadre.
      Pour moi, l’article du Sentience Institute ci-dessus s’applique à peu de militantismes en France. Ici, les animalistes cherchent très majoritairement à éviter les bad buzz.

      Ça s’applique plutôt aux « lait = viol » ou « viande = meurtre » tagués sur les vitrines. Dans une moindre mesure, les vidéos de L214 ont aussi pour but de choquer l’opinion, de créer la polémique, et peuvent créer un engourdissement du public.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s