Voter ou ne pas voter pour le Parti Animaliste ?

Grace aux abstentionnistes, si vous votez aux législatives vous aurez deux fois plus de poids que lors d’une élection à forte participation. Mais mieux vaut-il choisir un parti mono-thématique ou un parti multi-thématique ? Voici pourquoi je suis venu FI aux présidentielles, et je suis Parti Animaliste aux législatives.

Ne pas se positionner sur d’autres thématiques pour éviter de cliver

Il est dangereux pour une cause telle que l’animalisme d’apparaître comme le pré-carré d’une classe sociale ou d’un bord politique. L’expérience d’EELV peut nous laisser penser que lier la défense de l’environnement à la gauche a créé une identité écologiste (et par là même un antagonisme à ce qui se rapporte à l’écologie), empêchant d’autres parti (dont l’électorat ne correspondait pas à cette identité) de se saisir de ces thématiques.

L’élargissement de notre altruisme à travers les barrières de genre, nation, race, génération ou espèce a historiquement été plutôt porté par la gauche. Les médias de gauche font un peu moins dans le végébashing que les journaux de droite. Et il est clair, autant d’après le classement de L214, que les partis de gauche sont ceux qui agissent le mieux pour les animaux, ou dont les revendications vont le plus dans leur sens.

Issu de la page 47 d’un mémoire de thèse récent intitulé Le terme végane dans tous ses états : une analyse lexicale et discursive dans la presse francophone européenne

Mais il est utile, comme ça a été fait pour d’autres mouvement d’émancipation, que l’animalisme puisse accueillir des militantes de tout bord politique (comme l’ont fait d’autres mouvements victorieux). Ceci permet à la fois de mieux se développer et de limiter la structuration de l’opposition rencontrée (voir ces 2 articles du Sentience Institute pour des argumentaires sur un choix partisan gauche/droite ou la défense conjointe d’autre causes émancipatrices).
Par exemple, mieux vaut que En Marche ou que « Les Républicains » (le parti qui change de nom à chaque scandale), n’osent se montrer trop foncièrement anti-animaliste de peur de perdre des voies.

Il y a aussi beaucoup de déçues* de la politique et des positionnements d’autres partis, qui ne souhaitent pas voter pour un parti multi-thématique. Le refus des compromis, la recherche de pureté, ou plutôt le plaisir de dandy de faire la fine bouche, tous trois si chers à l’extrême gauche, entraînent le refus de voter pour un parti ayant parfois des positions contraires aux nôtres. Ne pas aborder d’autres sujets que la cause animale permet à ces personnes de voter pour un parti avec lequel elles sont totalement en accord.

Un parti monothématique témoigne mieux de l’intérêt des électrices

Un parti monothématique ne vise pas à devenir majoritaire, mais à obliger les autres partis à se positionner sur son « thème », permettant à sa cause d’avancer. Même avec peu d’élus, mais avec un bon résultat, il oblige les autres partis à agir, par peur de continuer à perdre les voix des personnes pour qui l’animalisme est un enjeu électoral.

Mais les partis ne vont-ils pas au contraire se désengager de la question animale, en assumant que le vote animaliste est de toute façon perdu ? Bien qu’on ne puisse déterminer si la corrélation implique un lien de causalité, dans les pays où un parti animaliste a fait son apparition, les thèmes qui nous sont chers ont aussi été abordés aussi par les autres partis, par souci d’éviter de perdre des voix mais aussi pour mieux correspondre aux attentes de la société démontrées par les votes. Si ces partis ont perdu le vote de la pointe de l’iceberg (les animalistes convaincues), la très grande majorité de ceux pour qui la cause animale compte, mais un peu moins, continueront à voter pour des partis multi-thématiques (de pépère à son chien-chien aux 30 % de flexitariens).

Le vote Parti animaliste n’est pas qu’une manière de montrer la détermination des électrices à laisser de côté d’autrees thèmes qui leur tiennent à cœur pour demander une offre politique qui prenne mieux en compte les animaux. Voter parti animaliste aux législatives, c’est aussi participer au financement (à hauteur de 8,2€ par voix) d’une structure politique qui défend les animaux tout au long de l’année. C’est aussi un moyen de leur donner davantage de place pour porter la voix des animaux dans les médias.

Les pouvoirs des députées

Le Parti Animaliste n’a quasiment aucune chance d’atteindre le second tour. Un relativement bon score (2 % ?) lui donnera un peu plus de crédibilité pour les prochaines élections, mais votre vote n’aura pas participé à envoyer une députée sensible à la cause animale au parlement.

Une députée peut proposer des résolutions, saisir de questions les autres institutions, proposer des amendements à n’importe quel texte en commission, etc. Et c’est sans compter les possibilités moins « formelles » qui s’offrent à elle en matière de sensibilisation des autres politiques, de travail de fond dans les commissions et les intergroupes, etc..

Stratégies électorales

Si vous appréciez le programme de LREM, LR ou encore du RN mais ne souhaitez pas voter contre les animaux, le Parti Animaliste vous offre l’opportunité de témoigner que la compassion envers les animaux est incontournable pour vous, sans pour autant voter pour un parti de gauche.

Si vous hésitez à voter pour la NUPES, qui propose un programme ambitieux pour les animaux (comparé aux autres grandes formations), dites vous que si dans votre circonscription la NUPES pourrait perdre dès le 1er tour, le report des voix des électrices de droite au 2d tour ne lui aurait de toute façon donné aucune chance. Donc soit la candidate NUPES peut accéder au 2d tour sans les 1 ou 2% des votes animalistes, soit elle n’a aucune chance d’être élue.
Quitte à ne pas pouvoir envoyer de députée ayant un minimum de bienveillance envers les animaux à l’Assemblée, autant envoyer un message clair au 1er tour en votant Parti Animaliste.

Et vous, quel parti choisirez-vous ? N’hésitez pas à donner vos propres arguments en commentaires.

*L’électorat animaliste étant majoritairement féminin, la forme féminine est prise comme genre neutre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s