Vous voulez rendre le monde meilleur ? Vous devriez peut-être repenser votre relation avec l’argent.

Traduit depuis le Vegan Strategist Want to make the world a better place? You may want to rethink your relationship with money.

Avez-vous, comme moi, grandi en pensant que l’argent ne rend pas heureux et qu’il y a des choses beaucoup plus importantes dans la vie ? Avez-vous été élevé avec l’idée que l’argent est sale, et quelque chose à éviter ? Que la soif d’argent pourrait faire de vous une mauvaise personne ? Le résultat d’une telle éducation – et d’une telle façon de penser – peut être que vous êtes une personne gentille et attentionnée, avec moins d’argent que ce que vous auriez pu avoir. Et, c’est dommage, parce que vous auriez pu utiliser cet argent pour faire le bien.

L’argent : le Saint Graal ?

Je me suis rendu compte que ce ne sont pas seulement les gens avides qui ont une relation problématique avec l’argent, mais aussi les gens que j’appellerai les « bienfaisants » [do-gooders] (avec tout mon respect, et par défaut d’un meilleur mot).

Tandis que les gens avides peuvent vivre avec l’idée que l’argent est la chose la plus merveilleuse au monde et en vouloir toujours plus, les bienfaisants vont souvent le fuir autant qu’ils le peuvent, pensant que c’est une mauvaise chose. Ils verront la richesse comme un vice et la pauvreté comme une vertu (je sais que cette dichotomie entre les salauds avides et les bienfaisants est un peu trop simpliste, mais utilisons-la pour le bien de l’argumentaire).

Vous pourriez mal me comprendre

Vous commencez peut être à vous boucher le nez, un peu dégoûté par le fait que sur ce blog « à but non lucratif », j’écrive sur le fait de faire – ou du moins de ne pas renier – de l’argent. Cela ressemble presque au texte d’un gourou de la finance qui vous dit que c’est votre droit de devenir riche, non ? Mais le fait que vous ayez ce sentiment prouverait exactement ce que je veux dire.

Laissez moi vous mettre un peu à l’aise. Tout d’abord, je ne parle pas de devenir super riche ici (je détaillerai ça plus tard). Je ne parle pas non plus de gagner davantage d’argent pour votre propre bien (bien que je ne condamnerais pas cela). Je suggère plutôt que nous apprenions à apprécier la valeur de l’argent pour les bonnes choses que nous pouvons en faire. Et non, je ne crois pas que les dons ou le philanthro-capitalisme résoudront tous les problèmes dans le monde, et je pense aussi que nous avons besoin de solutions plus systémiques. Je crois qu’il y a pas mal de problèmes avec la façon dont beaucoup d’argent est parfois gagné, avec le rôle que l’argent joue dans notre société et avec la façon dont les gens s’y prennent pour en gagner plus. Et aussi, je crois que le capitalisme débridé souffre de beaucoup de défauts.

Mais, je crois aussi que davantage d’argent entre les mains de gens bons et bienveillants est une bonne chose, et que les altruistes ne devraient pas laisser seuls les plus cupides gagner de l’argent.

Ma carrière sans beaucoup d’argent

Parce que le fait de dire à des militants qu’ils devraient peut-être se soucier davantage de l’argent me donnera inévitablement l’air peu vertueux aux yeux de certains, permettez-moi d’ajouter que ma propre carrière de vingt ans comme défenseur des droits des animaux a été largement non rémunérée ou pour de très faibles profits. J’avais la possibilité de le faire, parce que ma compagne est propriétaire de la maison où nous vivons (grâce à ses grands-parents) ; nous n’avons donc pas à payer de loyer et nous en louons une partie par l’intermédiaire d’AirBnb, ce qui nous procure un peu plus de revenus. Le fait, cependant, que je puisse faire mon activisme sans être rémunéré ne signifie pas que je suis contre le fait que les gens gagnent de l’argent grâce à l’activisme. Si l’on peut gagner sa vie en continuant à faire quelque chose de bien, et ainsi avoir plus de temps pour le faire, quel serait le problème ?

20.000 euros à la poubelle ?

Revenons là où nous en étions. Voici ce que j’ai réalisé : parce que je n’ai jamais appris à m’intéresser à l’argent, j’ai manqué des occasions de mieux faire. Mes parents sont des gens très éthiques qui se soucient de rendre le monde meilleur. Mais, en ne m’apprenant pas à valoriser suffisamment l’argent et en me donnant l’impression que je devrais m’en méfier, ils ont peut-être réduit par inadvertance mes chances de faire le bien.

Permettez-moi d’illustrer cela plus concrètement. Je me souviens qu’à un moment donné – il y a une vingtaine d’années – j’avais environ dix mille euros sur mon compte bancaire (à l’époque, c’était dans une monnaie différente, mais peu importe). Supposons que je n’aie pas eu besoin de toucher ce montant depuis lors, et qu’il soit resté dans mon compte d’épargne. Le taux d’intérêt moyen sur un compte d’épargne au cours des vingt dernières années en Belgique a été d’environ 2 %. Si j’avais investi les 10.000 € initiaux dans quelque chose (actions ou obligations, par exemple) qui m’aurait offert un taux d’intérêt plus élevé (disons un 7 % raisonnable et réaliste), mon capital aurait augmenté à environ 36.000 €. C’est une différence de plus de 20.000 €. Et c’est juste sur cette petite somme initiale. Notez que l’intérêt actuel est habituellement inférieur à 1 %, alors que les taux d’inflation sont à 2 % ; ainsi, votre argent perd rapidement sa valeur dans un compte d’épargne de base.

Le problème, c’est que je n’avais aucune connaissance financière et que je n’étais ni motivé ni stimulé pour en apprendre davantage à ce sujet. Einstein appelait l’intérêt composé la huitième merveille du monde (voir cette page pour en savoir un peu plus), mais je n’ai vraiment réalisé comment ça marche que cette année, à 44 ans. Ce n’est aussi que maintenant que je me rends compte que beaucoup de choses que nous pensons de l’investissement sont des clichés erronés, et que lorsqu’on le fait correctement et sagement, investir n’est pas aussi risqué que ce que la plupart des gens le pensent. En fait, une phrase que j’ai lue à maintes reprises est que “nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas investir”. Je suis peut-être particulièrement vieux jeu et lent, mais il doit y avoir beaucoup plus de gens comme moi – parmi les bienfaisants, surtout.  (Je suppose que l’attitude « argent = mal » est plus répandue en Europe qu’aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde.)

Tout le bien que vous pouvez faire

Si aujourd’hui, vous êtes toujours convaincue que l’argent est sale et mauvais, et que vous n’en voulez pas, votre réaction pourrait être : 1. “et alors ?” et 2. “investir comme ça est contraire à l’éthique, de toute façon”. Je vais répondre brièvement à ces arguments, mais je ne me fais pas d’illusion pour faire changer les plus anticapitaliste des lecteurs. Ce n’est pas grave.

En ce qui concerne « et alors ? » : si vous y réfléchissez rationnellement pendant une minute, vous savez qu’il n’y a aucun doute que l’argent puisse être utilisé pour faire le bien. Vous pourriez faire du bien avec cet argent de plusieurs façons :

– Vous pourriez en faire don à une association.

– Vous pourriez l’investir dans une startup sociale et écologique.

– Vous pourriez même vivre avec pendant un an ou deux ans (selon l’endroit où vous vivez), de sorte que vous n’ayez pas à occuper un emploi rémunéré et puissiez avoir davantage de temps pour faire du bénévolat.

– Vous pourriez vous en servir pour monter votre propre projet.

Je pense qu’il est clair qu’il vaut mieux avoir cet argent que de ne pas l’avoir. À moins, bien sûr, que gagner cet argent en investissant ne soit nécessairement contraire à l’éthique (ce qui est la seconde objection). Il y a évidemment de nombreuses façons contraires à l’éthique de gagner de l’argent. Vous pouvez investir sans discernement dans des actions ou des fonds où votre argent sera utilisé pour de mauvaises choses. Mais il n’en est pas nécessairement ainsi, et de nombreuses banques offrent aujourd’hui des possibilités de placement éthiques. Ces derniers ne sont peut-être pas entièrement satisfaisants pour tout le monde, mais il est possible de trouver des façons d’investir sûres et saines, ou du moins neutres. De plus, en plus d’augmenter vos propres rendements, vous aideriez ces entreprises à croître en les aidant à mobiliser des capitaux. Et, si vous le souhaitez, en tant qu’actionnaire, vous pourriez même participer et voter à leur assemblée générale annuelle et aider à déterminer le cours de l’entreprise.

Certains diront qu’en participant au marché boursier, on contribue à un système qui est fondamentalement faussé et problématique. Mais il en va de même si vous placez votre argent sur un compte d’épargne – parce que c’est aussi une façon d’investir et de contribuer à des systèmes que vous pourriez réprouvez  – et avec encore moins de contrôle, en plus !

Beaucoup d’entre nous ont probablement des idées simplistes sur le capitalisme. Cette conférence de Jonathan Haidt illustre bien cela.

Regardons d’autres objections à l’idée de se faire de l’argent – qui m’ont toutes influencées à un moment ou à un autre, ou qui m’influencent encore partiellement.

« L’argent corrompt. Les gens qui s’intéressent à l’argent ne se soucient pas des autres. »

Je ne pense pas qu’il y ait une loi de la nature qui dicte que l’argent corrompt. Il se peut aussi que les gens qui sont avides au départ soient ceux qui acquièrent beaucoup d’argent, plutôt que l’inverse. En tout cas, dans ce post, je ne parle pas du tout de l’accumulation impitoyable de richesses par tous les moyens possibles. Je parle simplement de donner *un peu* d’intérêt à l’argent et de l’investir de façon éthique, afin que nous ayons davantage de moyens à notre disposition pour faire le bien.

N’oubliez pas non plus les gens qui sont devenus vraiment riches et qui, à cause de cela, retournent une grande partie de leur richesse à la société et l’investissent, par exemple, dans le mouvement animaliste ou tout autre mouvement. Notre mouvement est en fait financé dans une large mesure par des gens qui ont gagné beaucoup d’argent (espérons de la façon la plus sympathique possible) et qui en font don à une cause qui leur tient à cœur.

« L’argent n’a pas d’importance. »

Certaines personnes – souvent celles qui s’intéressent à la spiritualité – soutiennent que l’argent n’est pas ce qui fait tourner le monde et qu’en réalité il est sans importance. « Il ne s’agit pas de ce que vous avez, mais de qui vous êtes », etc. Je dirais : essayez de dire ça aux pauvres. Il est probable que seuls ceux qui sont assez privilégiés peuvent dire de telles choses (même s’il peut y avoir quelques grains de vérité dans ces opinions ici et là).

« L’argent et le rôle qu’il joue dans notre société est fondamentalement problématique. »

Tant que nous ne sommes pas plus éclairés et que nous n’avons pas les moyens de nous fournir librement ce dont nous avons besoin, l’argent est un moyen pratique d’échanger des biens et services. En même temps, je pense que c’est un moyen assez primitif, et je peux imaginer des sociétés et des mondes dans lesquels nous ne l’utiliserions plus. Trop de choses sont déterminées par l’argent dont nous disposons, et ne devraient pas l’être. Voici un exemple simple : pour une personne avec peu d’argent, il est beaucoup plus difficile de prendre un train en première classe. Pourtant, il se peut qu’elle en ait un plus grand besoin : elle peut avoir besoin de réfléchir, avoir des problèmes de concentration, souffrir de crises de panique et avoir davantage besoin de calme, etc. Le fait que son niveau de richesse détermine comment elle peut voyager ne semble pas optimal du tout.

Si nous voulons de nouveaux systèmes, nous aurons aussi besoin d’argent pour cela. Même si vous détestez le capitalisme et que vous voulez le renverser, vous le ferez probablement plus vite si vous avez de l’argent pour aider à créer un mouvement. Dans mon pays, on tente de créer un nouveau type de banque (une banque du peuple). Pour commencer, ils ont besoin… d’argent. Je pense qu’une bonne façon de voir les choses est que tout nouveau système que nous allons construire sera construit en partie ou principalement avec l’argent des anciens systèmes…

Mes conclusions préliminaires

Si j’avais des enfants (je n’en ai pas et je ne veux pas), j’essaierais de leur enseigner que l’argent n’est pas une fin en soi, mais qu’en tant que moyen pour atteindre de nobles résultats, il peut être extrêmement utile. Je m’assurerais qu’ils ne grandissent pas en pensant que l’argent, et que gagner de l’argent, est mauvais, pervers ou corrupteur. J’essaierais de les élever avec le désir de devenir des gens intègres, qui valorisent aussi l’argent pour le bien qu’ils peuvent en faire. Je leur enseignerais quelques notions de finance et les avertirais de ne pas sous-estimer ou surestimer les risques associés aux placements.

Beaucoup de personnes bienfaisantes pourraient aussi repenser légèrement leur relation avec l’argent. Il serait bon que les mouvements altruistes informent leurs membres et leurs militants de l’importance de l’argent. Si les jeunes commencent à investir judicieusement et durablement à l’âge de 22 ans, par exemple, après l’obtention de leur diplôme, ils peuvent se constituer un capital qui peut faire une différence incroyable dans le monde. Je n’ai pas regardé les chiffres et je ne sais pas s’il y en a, mais je soupçonne que de nombreux militants, tous mouvements confondus, sont des personnes avec peu de capital.
Et si nous étions mieux nanties, et si nous avions davantage de moyens à dépenser pour notre mouvement et notre propre bonheur ? Et si on ne laissait pas l’argent aux seuls cupides. L’argent, bien qu’il soit souvent l’objet d’abus ou considéré comme une fin en soi, n’est rien de plus qu’un outil. C’est un outil tout comme le marketing est un outil. Nous pouvons choisir de nous abstenir d’utiliser ces outils et de laisser leur utilisation entre les mains de personnes qui sont souvent susceptibles d’en abuser, ou nous pouvons les utiliser nous-mêmes et en faire quelque chose de bien.

PS : vous voulez en savoir plus sur les placements financiers ? Les sites web sur la question sont innombrables, mais j’ai trouvé ce podcast vraiment bon.

Publicités

3 commentaires sur “Vous voulez rendre le monde meilleur ? Vous devriez peut-être repenser votre relation avec l’argent.

  1. Merci pour la traduction, c’est vraiment intéressant…mais , justement, est-ce qu’il y a des sources ( podcast notamment) traduites en français?

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s