Pourquoi certains végétariens sont ils extrémistes ?

Certains défenseurs des animaux tiennent parfois des propos extrémistes. Cela peut aller de la comparaison du mangeur de hamburger à un monstre à la comparaison de l’élevage à des crimes contre l’humanité comme l’esclavage. Peut on décemment comparer l’exploitation actuelle de dizaines de millions d’individus à l’exploitation de quelques dizaines de milliards par an d’individus sensibles et sociaux ? Oui : en disant que c’est pas pareil… et c’est déjà une comparaison !

L’élevage a été utilisé ouvertement depuis la préhistoire par les plus grandes civilisations. Au regard de l’histoire humaine, ce n’est que récemment que les opinions abolitionnistes sont apparues. Ce changement de mentalités est long et est issu de l’expression d’une marge de contestataires dont certains restés célèbres (Platon, Voltaire…), révoltés par l’absence de prise en compte des souffrances infligées. Pour leur contemporains, l’animal a un statut utilitaire plus proche de l’objet que d’eux même. L’économie, la religion et la tradition permettent encore à ceux qui profitent de cette exploitation d’échapper à l’image de monstres insensibles lorsqu’ils se regardaient dans le miroir. Avec 100 milliards de victimes par an, l’éveil des consciences a permis à quelques « extrémistes » de réaliser le mal dont ils étaient responsable en consommant de la chair pour leur plaisir. L’exploitation des milliards d’individus sensibles destinés à la consommation humaine continue cependant en toute impunité malgré les conditions ignobles des élevages industriels, le pillages des ressources alimentaires pour satisfaire la consommation de viande des pays les plus riches et le sacrifice des forêts, des océans et du climat des générations futures.

Quand certains végétariens extrémistes se permettent de critiquer votre mode de vie, pensez à ce que c’est de vivre dans un monde où vos collègues, vos amis et votre famille vous apparaissent comme des monstres insensibles à chaque fois qu’ils passent à table.

L’exploitation animale a été utilisée depuis la préhistoire et par les plus grandes civilisations. Dans un monde habité par quelques 150 millions d’humains, des voies comme celles de Confucius ou Platon condamnait déjà le meurtre de l’animal pour le plaisir de manger sa chair. Ce n’est pourtant qu’au début 20ième siècle sous la pression d’une population atteignant déjà 2 milliards d’habitants que l’élevage industriel a été conçu. Les compagnon de vie de l’homme se retrouvent réduit à un statut utilitaire plus proche de l’objet que de l’être sensible. L’exploitant fait grandir des animaux sociaux et évolués dans des conditions tout juste suffisante pour que les privations d’espace et de bien être ne tue pas trop d’individus avant la fin de leur période de croissance. Les consommateurs humains sont ainsi responsables de la mise à mort de plus de 100 milliards d’animaux vertébrés terrestres chaque année, et d’au moins 10 fois plus de poissons ! Pour quelques personnes refusant de se prêter à ce massacre, leurs contemporains peuvent apparaître comme des monstres, infligeant tortures et mort pour leur propre plaisir gustatif, au dépend même de leur santé et des générations leurs succédant. Pour l’instant, l’économie, la religion et la tradition vous permet d’échapper à l’image d’un monstre insensible lorsque vous vous regardez dans le miroir, mais un végane doit évoluer dans une société où ses amis, ses collègues, sa famille en ont tout l’air.

Le visuel de cet article est emprunté au très bon blog connasseextremiste.wordpress.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s